LA FIN DES EXPERTS EN RÉSEAUX SOCIAUX?

PUBLIÉ LE :
Categorie : Réseaux sociaux

LES RÉSULTATS D’UNE ÉTUDE MENÉE PAR LE SITE D’EMPLOI WORKOPOLIS A SOULEVÉ L’ÉMOI SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX ET PRINCIPALEMENT PARMI LES GESTIONNAIRES DE COMMUNAUTÉ.

 

Après avoir dressé une liste d’emplois qui n’existaient pas il y a dix ans, l’étude du site web Workopolis s’est penchée sur ceux qui disparaitront dans une décennie. Parmi les occupations au déclin prévisible citées, certaines sont certes peu surprenantes (comme le poste de préposé au club vidéo ou encore de répartiteur pour les taxis), mais la mention des experts en réseaux sociaux en a fait sourciller plus d’un.

 

Toujours selon la même étude, l’arrivée sur le marché du travail de générations ayant grandi dans un environnement où les réseaux sociaux sont omniprésents, rendrait l’expert en médias sociaux obsolète.

 

Thinkopolis-Year-in-Review
Source: www.workopolis.com

 

VRAIES TENDANCES, MAUVAISES CONCLUSIONS ?

 

S’il est indéniable que pour les jeunes et moins jeunes, être présent sur les réseaux sociaux tels que Twitter ou Facebook, va de soi, il est définitivement précipité de croire que cette expérience utilisateur dispensera les entreprises d’une expertise dans ce domaine dans le cadre de leurs activités.

 

Avoir des milliers de « followers » et des centaines de « likes » est loin d’être un gage de qualité et ne garantit pas aux entreprises l’atteinte d’objectifs marketing ou opérationnels. Avant de porter un jugement sur la pertinence de cet argument, c’est la définition d’ « expert en réseaux sociaux » qui est à considérer.

 

Aspirer au titre d’expert sous-entend des années de pratique dans un domaine précis. Les réseaux sociaux les plus populaires n’ayant qu’une dizaine d’années d’existence, et encore moins en terme de potentiel commercial, il est un peu prématuré de prétendre à une expertise dans ce domaine aussi jeune que volatile.

 

Par ailleurs, exercer une présence sur les médias sociaux ne se fait pas parallèlement à une stratégie de communication. Elle est un volet technologique de plus en plus dominant, que ce soit pour le marketing ou pour le service à la clientèle.

 

Oui, les médias sociaux peuvent générer des revenus et fidéliser des clients. Mais ils ne le font qu’en tant que facette d’un plan de match solide en terme de communication et de marketing. Ce volet ne tend pas à disparaitre, tout au contraire. Ce n’est pas nous qui le disons mais plutôt la même étude de Workopolis qui du même souffle affirme que « les gens aiment encore acheter à des gens».

 

Bref, ce ne sont pas les métiers reliés aux réseaux sociaux qui sont en danger. C’est plutôt cette appellation d’emploi fallacieuse qui tendra à disparaître, laissant place à des stratèges, des gestionnaires, des communicateurs qui font usage des outils des médias sociaux avec intelligence, précision et modération.

 

Ces métiers évolueront et suivront certaines tendances souvent dictées par des technologies, des algorithmes, ou tout simplement une mode. La conscience des entrepreneurs de demain de la réalité des médias sociaux au quotidien ne fera qu’accentuer le rôle que prend ce pan dans le cadre de leurs communications.

 

Rassurés les gestionnaires de communauté?

Nous voulons votre avis sur la question 😉

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *