L’intelligence artificielle (IA): atout ou fléau pour les webdesigners?

PUBLIÉ LE :
Categorie : Design

L’intelligence artificielle (IA) est reconnue comme le futur de la croissance affirme une étude d’Accenture. Elle a fait surface dans la sphère du web depuis quelques années et prend une place de plus en plus considérable dans les postes que nous connaissons, notamment dans le web design. Mais cela reste à confirmer étant donné que les ajustements techniques qui nécessitent toujours l’intervention de l’homme ne peuvent être assimilés par l’IA. Quelles sont les perspectives d’évolution de l’intelligence artificielle dans les métiers de graphistes?

 

I) L’intelligence artificielle au service des affaires

 

L’entreprise Accenture prédit que d’ici 20 ans, la croissance ne serait plus mesurée en capital mais en maturité d’intelligence artificielle. Ce serait le prochain outil de compétitivité des entreprises en complément de l’accumulation de données.

 

Ces données, justement, représentent une source de richesse considérable pour la croissance des entreprises d’aujourd’hui. Ainsi, il est même supposé que l’IA permettrait en particulier d’augmenter la productivité annuelle d’un pays. Son intervention dans de nombreux domaines industriels et au niveau des entreprises révolutionne déjà le monde du travail. Mais jusqu’où?

 

II) Le cas du machine learning

Prenons l’exemple du machine learning. C’est un domaine de l’informatique qui permet à un ordinateur d’apprendre automatiquement à effectuer des tâches précises. Celui-ci n’est pas spécialement programmé et se sert des données qui lui sont fournies pour évoluer et en créer de nouvelles. Dans le webdesign, on appelle cela un site web autoprojectif.

L’ordinateur se sert donc de l’intelligence artificielle pour faciliter la construction de sites web par les néophytes, soit les débutants dans le domaine. Son intervention devient essentielle en termes de valorisation de données.

 

La plateforme webdesign The Grid, fondée par Dan Tocchini et Brian Axe, a tenté de concrétiser son service en ayant recours à l’IA. Les concepteurs travaillent en collaboration avec celle-ci pour se débarrasser des tâches triviales qui les incombent. Le site web mise tout sur l’expérience et le contenu par la mise en place d’objectifs: obtenir des vues vidéo, des clics, gagner des abonnés, pratiquer des levées de fonds… Il utilise l’apprentissage par les données qui lui sont fournies pour se construire lui-même et optimiser le design en fonction des objectifs fixés. Comme le dit Dan Tocchini, “le design s’adapte à votre contenu, et non l’inverse”. 

 

 

II) Les limites de l’intelligence artificielle

 

Ce dont nous sommes certains, c’est que les webdesigners ne vont pas disparaître au profit de l’IA mais juste évoluer. L’automatisation de certaines tâches par l’IA provient d’une volonté des webdesigners et non d’une contrainte. De plus, l’IA n’est pas encore dotée d’un pouvoir de réflexion, et ne l’aura sûrement jamais au même niveau que l’homme. Elle n’est donc pas capable de déterminer si elle fait erreur ou non. Ceci pourrait s’avérer être un problème marketing important que le webdesigner ne ferait pas.

 

Le machine learning nécessite des perfectionnements car la conception consiste en une résolution de problèmes comme l’explique Leigh Taylor, directeur artistique de The Grid. Il existe encore bien des problèmes de développements et de mises en page qui ne peuvent être rectifiés que par la main de l’homme, soit par les webdesigners.

 

Dans le cas des sites web autoprojectifs, les concepteurs sont en contact avec les prospects indirectement et plus en rapports directs. Derrière ce service se cache un travail de fond, qui demande une maintenance particulière. L’idée est basée sur une programmation des contraintes.

 

Les développeurs interagissent, guident et influencent l’intelligence artificielle afin de prévoir ce qu’ils veulent réaliser. Les webdesigners interviennent directement sur la plateforme pour corriger les bugs si nécessaire et surtout créer un contenu adapté quand l’IA ne peut interpréter correctement les données. Leur travail est primordial au bon fonctionnement de la plateforme qui ne peut être entièrement autonome. En effet, ce type de conception n’est pas capable d’être innovant car le site ne se crée pas tout seul, il apprend.

 

Cet outil s’avère donc être un outil de composition et non d’opposition au métier des webdesigners. C’est pourquoi rien ne vaut l’accompagnement stratégique des professionnels de la communication pour gérer vos données.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *