Un autre œil sur les professions de foi : comparons leur graphisme !

PUBLIÉ LE :
Categorie : Actualité, Design

Alors que les présidentielles françaises arrivent à grands pas, notre équipe découvre avec enthousiasme les professions de foi des 11 candidats. Ce document imprimé, livré habituellement par la poste à chaque électeur avant le vote, est d’une grande importance, mais aussi d’une réelle complexité.

En seulement 4 pages, chaque candidat doit pouvoir s’adresser à l’électeur, lui résumer ses promesses et bien sûr le convaincre. Pour certains indécis, les professions de foi restent la dernière chance de faire un choix éclairé. Au-delà du contenu, c’est le contenant qui peut faire toute la différence pour capter l’attention du lecteur, faciliter sa compréhension des propositions et l’aider à assimiler son choix final. Inconsciemment, la présentation visuelle de ces documents peut affecter le jugement.

Notre équipe se penchera ainsi sur les 3 éléments de présentation fondamentaux de ces professions de foi:

  1. La page de couverture
  2. Les éléments graphiques
  3. L’utilisation de l’espace

La page de couverture: la vitrine du candidat

Professions de foi 2017

La première chose que l’électeur va regarder sur une profession de foi, c’est la photo. Cette année, la grande photo pleine page fait presque l’unanimité. La majorité des candidats fait ainsi face à l’appareil avec un cadrage plus ou moins rapproché. Voilà une façon de capter immédiatement l’attention: « Regardez-moi ! ».

En s’attardant plus longuement sur les lignes d’épaule, on remarque que nombreux sont légèrement tournés vers un côté. Cet angle laisse un espace au lecteur, comme une invitation à le joindre à ses côtés. D’autres font directement face à la caméra. Ils regardent le lecteur directement dans les yeux, s’imposent.

Professions de foi 2017 - comparaison Macron et FillonLa quantité et la taille du texte disposé sur la page couverture sont aussi très importantes. Une partie des candidats ont choisi de mettre en avant leur slogan et leur nom avec des grands caractères, en gras, parfois accompagnés de points d’exclamation. D’autres optent pour une écriture plus discrète, comme François Fillon qui signe d’une telle discrétion que l’on pourrait confondre son feuillet avec une publicité pour costume.

En ce qui concerne les couleurs, les teintes bleutées sont à nouveau très populaires, étant naturellement associées au calme et à l’espoir. À l’opposé, le rouge utilisé par Philippe Poutou et Nathalie Arthaud fait référence directe aux idéaux révolutionnaires des candidats, accroche l’œil et leur permet de se démarquer du lot.

 

Les éléments graphiques: la touche créative au service de la clarté

La mise en page, le choix des couleurs et la typographie ont tous un impact sur la facilité avec laquelle on arrive à lire, comprendre et s’approprier le contenu. Dans un contexte aussi réglementé et codifié que l’élection présidentielle, il est toutefois difficile d’innover. Certains candidats arrivent tout de même à  se démarquer:

Jacques Cheminade, par exemple, utilise des encadrés colorés pour faire ressortir les informations importantes. Il reprend la même charte colorimétrique qu’aux dernières présidentielles, mais ajoute cette fois-ci une infographie pour imager son programme économique. Après tout, une image vaut mille mots!


Jean-Luc Mélenchon a fait un revirement graphique important par rapport à 2012. Il passe du rouge au bleu, en utilisant une structure qui fait penser à un article de journal. Chaque paragraphe est annoncé par un intitulé de section en gras et en couleur, ce qui facilite la lecture. Le rendu final est peut-être plus sobre, mais efficace.

Profession de foi Mélenchon 2017 - wink strategies

François Fillon, pour sa part, opte pour une structure plus compartimentée. Chaque section est divisée par des cadres fins. C’est une mise en page peu courante qui se révèle à la fois claire et dynamique.

Profession de foi Fillon 2017 - wink strategies
Le feuillet d’Emmanuel Macron amène un vraie nouveauté sur le plan graphique. Il adopte une structure qui rappelle celle du web, avec de courts paragraphes introduits par un intitulé de section et une image. Il termine avec une liste sous forme de bullet points qui résume ses promesses en quatrième page. Il a probablement compris que sur papier comme sur le web, les lecteurs veulent du concret et du concis.

Profession de foi Macron 2017 - wink strategies

Pour finir, il semble important de souligner l’effort créatif de Nicolas Dupont-Aignan. Il a apporté un univers graphique différent en imitant un agenda présidentiel. Il opte pour des couleurs très vives: vert, bleu, mauve. Le résultat final pourrait toutefois en laisser certains perplexes: n’est-ce pas un design trop enfantin pour un futur Président de la République?

Profession de foi Dupont-Aignan 2017 - wink strategies

L’utilisation de l’espace pour une lecture fluide

Bien que tous disposent exactement du même espace, la quantité de contenu varie beaucoup d’un candidat à l’autre. L’organisation de l’espace pour présenter ce contenu est donc cruciale.

Analyse graphique des professions de foi 2017

Il suffit d’ouvrir chaque document et de le survoler rapidement pour comprendre les problématiques liées à la quantité et à la disposition du contenu. Les professions de foi de Jean Lassalle et François Asselineau notamment présentent une quantité de texte faramineuse. Ils optent ainsi pour des écritures plus petites, des colonnes justifiées et une mise en page principalement occupée par des lignes de texte. Le tout donne un résultat très carré et une lecture rébarbative qui aurait pu être évité avec un contenu plus condensé et une distribution plus équitable sur les 4 pages.

Profession de foi Asselineau 2017 - wink strategies

Cette leçon, Nathalie Arthaud l’a bien mise en place. Sa profession de foi de 2012 était principalement composée de lignes de texte et de paragraphes très carrés. Elle opte cette fois-ci pour des sections bien évidentes, une taille de texte plus grosse (peut-être un peu trop grosse) et des titres de parties clairs.

Le style graphique des professions de foi en pleine évolution

Avec le tournant numérique qui influence directement les tendances graphiques vers un style plus épuré, on constate déjà une nette différence entre les professions de foi de cette élection avec celles de 2012.  
Les critères graphiques du web déteignent visiblement sur ceux du print. Les professions de foi seront certainement amenées à changer alors que le débat sur leur numérisation et la fin des envois postaux est de plus en plus présent. Hors des normes de l’impression, cette approche traditionnelle de la communication avec l’électorat pourrait bien entendu prendre une toute nouvelle forme… ou même être amenée à disparaître. Rendez-vous en 2022 pour vérifier ces tendances!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *